Dessins Originaux de Jean Virolle. « La boîte aux joujoux ».

P1090145

Jean Virolle est né à Limoges en 1890. Brancardier au cours du premier conflit mondial, il a été profondément marqué par ce long et douloureux épisode où il côtoyait chaque jour la souffrance et la mort de ses camarades de tranchées. Il perdra son frère au nord de Chauny en 1918. Il s’illustre plusieurs fois, souvent cité à l’ordre de son régiment, pour des missions périlleuses qu’il exécute au péril de sa vie. Jean Virolle a traversé la grande guerre de l’Argonne à l’Aisne, avec ses crayons et ses feuillets … Professeur à l’école des Beaux-Arts de Limoges Jean Virolle reste un artiste méconnu du grand public. S’il fût surtout un dessinateur, il s’essaya avec succès à l’art du vitrail et à la gravure sur bois et cuivre. Une seule de ses suites d’eaux-fortes a été publiée pour l’ouvrage de Pierre Loüys : La Femme et le Pantin (Kra 1930 – Tirage à 3300 exemplaires numérotés sur vélin du marais).

Virolle n’aimait pas exposer son art, il a lui-même beaucoup détruit de ses dessins et n’a exposé qu’une seule fois. Son œuvre maîtresse d’une insigne rareté intitulée « Danse Macabre » à été tirée à seulement 100 exemplaires (achevé d’imprimer en mars 1942 – Maison François à Limoges).

Constituée de vingt gravures originales esquissées au cours de la guerre 14-18, la Camarde en est le personnage principal (celui aussi de son ex-libris).

Nous présentons aujourd’hui une série inédite et unique de 11 dessins originaux de Jean Virolle coloriés par J. Tournelle. Intitulée « La boîte aux Joujoux » Jean Virolle y croque avec un réel humour 11 portraits types directement liés à la guerre de 14-18. Sous la forme de joujoux ces petits pantins de bois prennent vie sous le regard plein de tendresse du dessinateur pour qui ces portraits avaient sans doute quelque chose de familier. Équivalent des soldats de plomb ces témoins du conflit nous apparaissent bien plus humains que ne l’étaient en fait les moulages standards destinés aux enfants. On ne peut s’empêcher de penser que l’humanisation de ces joujoux défie ceux qui n’ont vu en ces hommes et ces femmes que des pions à sacrifier dans un jeu mortifère.

10 dessins sur papier fort 18 x 14 cm sous chemise illustrée d’un dessin original représentant un poilu ouvrant la boîte à joujoux (dos de la chemise fissuré).

P1090147

1 feuille titre à l’encre.

1 feuille Aisne 1918.

1 feuille : Le Cuistot.

1 feuille : Le Major de cantonnement.

1 feuille : L’chauffeux.

1 feuille : L’Ange gardien.

1 feuille : Sous l’barda.

1 feuille : Le Kam’Rad indésirable.

1 feuille : Le Pépère.

1 feuille : L’Artiflo.

P1090149

1 feuille : L’As

1 feuille : La Borne.

Joint deux eaux-fortes inédites de l’auteur.

Prix : 1000 euros

P1090148

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s